0041 22 418 28 00 communication.bge@ville-ge.ch
Sélectionner une page

Fonds Dany Gignoux (2): pourquoi ce fonds arrive-t-il à la Bibliothèque de Genève?

L’atelier en cours de réorganisation
Photo : Bibliothèque de Genève / Matthias Thomann

En 2018, les amis et la famille de la photographe genevoise Dany Gignoux ont approché la Bibliothèque de Genève, et plus particulièrement le Centre d’iconographie. En effet, ils recherchaient des solutions pour envisager la conservation et la valorisation dans une institution publique de son fonds d’atelier qui comprend environ 80 000 supports photographiques (env. 40 000 négatifs, 22 000 diapositives, 15 000 épreuves argentiques), sans compter les archives et sa documentation de travail. La Bibliothèque y répond favorablement car le fonds traite de thématiques genevoises et suisses, mais aussi en raison de la qualité photographique et du travail impressionnant autour de la musique et du jazz.

Ses proches commencent alors un long travail de préparation des fonds matériels en prévision de leur transfert: soit un tri et un rangement systématique, un conditionnement physique, un pré-inventaire numérique… L’atelier de la photographe est rangé et organisé durant près d’un an avant le déménagement au Centre d’iconographie.

Photographies, boîtes contenant des tirages, livres: exemples des documents contenus dans l’atelier
Photo : Bibliothèque de Genève / Matthias Thomann

Si vous avez manqué l’histoire de l’arrivée de ce grand fonds photographique au Centre d’iconographie, lisez le premier épisode.

Fonds Dany Gignoux (1): histoire de l’arrivée d’un grand fonds de photographies au Centre d’iconographie

Portrait de Dany Gignoux en 1990

Dany Gignoux est une photographe genevoise née en 1944. Dans les années 60, elle découvre la photographie et elle s’y forme en autodidacte. Elle entre au service d’information de la Croix-Rouge où elle classe des photos.  En 1967, elle achète son premier appareil photographique. Progressivement, elle travaille comme pigiste et réalise des photographies pour les  journaux  romands. Grande voyageuse, elle va découvrir le monde et faire des reportages en Europe, Afrique, Amérique du Sud, sur divers sujets comme la voile, le spiritisme au Brésil, les cafés en Espagne et au Portugal. Elle parcourt aussi la Suisse pour traiter des sujets comme la musique populaire en Appenzell, le carnaval de Bâle ou les bouchers ambulants du Bas Valais… À Genève, elle assure des reportages sur la nouvelle maison de l’Association pour l’encouragement de la Musique improvisée (AMR), les Africain-e-s qui s’installent aux Pâquis, les bistrots genevois qui disparaissent (le café Monney). En 1985, elle part en mission pour le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) au Tchad et en Ethiopie.

Café Monney, boulevard de la Cluse, Genève, 1983 (disparu aujourd’hui)

Dany Gignoux étant une grande amatrice de musique et une passionnée de jazz, elle va aussi photographier des musicien-ne-s et des concerts. Dès les années 1970, elle fréquente les festivals genevois et les manifestations organisées par l’AMR  (La Bâtie, Les Cropettes, le New Morning). Elle suit depuis le début le Paléo Festival de Nyon, le Montreux Jazz, mais aussi les festivals de Cully, Willisau ou Lugano. Elle ne s’arrête pas aux frontières suisses et elle se rend aux festivals à Juan-Les-Pins, à Nice, à Marciac etc. Grâce à ses voyages, elle côtoie la scène musicale jazz mondiale. Elle sera très proche de certain-ne-s musicien-ne-s, les suivra dans leurs tournées européennes (Dizzy Gillespie, Claude Nougaro, Miles Davis, Gil Evans…) et elle publiera des ouvrages à compte d’autrice sur eux.

Leonard Cohen, Montreux 1976

Au travers d’une série de billets de blog, vous allez découvrir le travail de cette photographe genevoise et suivre les opérations d’arrivée d’un fonds de photographies au Centre d’iconographie de la Bibliothèque de Genève.