0041 22 418 28 00 communication.bge@ville-ge.ch
Sélectionner une page

Fonds Dany Gignoux (4): le traitement physique des fonds photos pour une conservation optimale

Dépoussiérage et conditionnement d’un tirage dans une pochette en papier permanent.
Photo : Bibliothèque de Genève / Stéphane Pecorini

Le fonds de Dany Gignoux, composé de photographies, de négatifs, de diapositives est arrivé au Centre d’iconographie dans des boîtes diverses, en carton ou en plastique, des classeurs et des contenants variés. La plupart ne respectent pas les normes de conservation pour préserver à long terme les collections.

Pour cette raison, le reconditionnement matériel du fonds devient une opération indispensable. Il permet à la fois d’éliminer la poussière et les particules déposées sur la surface des objets mais également de les conserver dans des pochettes et des boîtes appropriées.

Même si cela paraît simple, c’est une opération requérant une connaissance profonde des:

  • procédés: identification des phototypes et des dégâts
  • techniques de dépoussiérage: choix des outils et gestes
  • matériels pour le conditionnement: pochettes et boîtes doivent avoir passé le Photographic Activity Test et être chimiquement et physiquement stables.
Tirages reconditionnés et rangés dans une boîte de conservation à long terme

Des questions se posent alors: combien d’objets? Pochettes ou cartables? Papier ou plastique? Avec ou sans réserve alcaline? Quels format et modèle de boîtes? Les décisions sont prises par l’Unité Régie qui, à travers un diagnostic du fonds, développe une stratégie d’intervention et un plan de conservation des plus performants.

Cet article a été rédigé en collaboration avec Véronique Goncerut, Conservatrice au Centre d’iconographie.

Retrouvez les autres billets de blog consacrés au fonds Dany Gignoux:

Fonds Dany Gignoux (1): histoire de l’arrivée d’un grand fonds de photographies au Centre d’iconographie

Fonds Dany Gignoux (2): pourquoi ce fonds arrive-t-il à la Bibliothèque de Genève?

Fonds Dany Gignoux (3): les travaux préparatoires et le déménagement au Centre d’iconographie