0041 22 418 28 00 communication.bge@ville-ge.ch
Sélectionner une page

Aujourd’hui, je partage avec vous un roman. L’accordeur de pianos c’est d’abord Der Klavierstimmer, paru en 1998, dix ans avant d’être traduit en français. Son auteur, Pascal Mercier, romancier suisse, vit depuis une trentaine d’années à Berlin. Son personnage, Frédéric Delacroix, est accordeur de piano à Genève avant d’être appelé à travailler pour la Philharmonie de Berlin. Accordeur mais aussi compositeur d’opéra (au singulier!) et père de jumeaux: Patrice et Patricia.

[…] Le mot opéra éveillait comme toujours en moi un écho particulier. Je souhaiterais pouvoir de nouveau entendre ce mot en toute ingénuité, as-tu dit il y a longtemps, et je m’effrayais alors de la fureur contenue de ta voix. Dès le commencement, Papa, ce fut pour nous un mot spécial, dont le son était indissolublement lié avec ton bureau, avec l’éclat du piano à queue et le doux grattement de ta plume sur le papier à musique. « Qu’est-ce que c’est? » demandions-nous, alors que nous devions encore nous mettre sur la pointe des pieds pour pouvoir désigner du doigt les feuilles blanches avec les lignes de portée. « Un opéra » disais-tu. Pendant un certain temps, un opéra fut pour nous un bout de papier. Cela nous déconcerta quand Maman nous dit un soir que vous alliez à l’Opéra. Et c’était déconcertant, aussi, de vous entendre dire devant le Grand Théâtre: C’est l’Opéra. Un opéra, c’était quelque chose de grand et d’important, de presque sacré, nous l’entendions au son de votre voix.

in: pp. 140-141 Deuxième Cahier, Patricia

L’auteur Pascal Mercier dont le nouveau roman « Das Gewicht der Worte » est sorti en janvier dernier

« Pascal Mercier » pseudonyme de romancier de son vrai nom Peter Bieri avait expliqué en public il y a plusieurs années qu’il avait choisi son pseudonyme en feuilletant l’annuaire téléphonique genevois. La page de Peter Bieri élabore une autre théorie. Il aurait pris le prénom de Pascal, en référence au philosophe et choisi son nom en mémoire à Louis-Sébastien Mercier.

Le DHS précise que ce dernier a été joué à la fin du XVIIIe s. au Théâtre des Bastions avec Grétry et Beaumarchais. Les livrets de Louis-Sébastien Mercier sont présents à La Musicale. Et, parmi les documents des Bastions, 18 livrets sont en ligne.

Enfin, on peut découvrir ou relire L’accordeur de pianos en sachant que le rythme des phrases a été influencé par la musique de Chopin et Rachmaninov selon les propos de l’auteur sur le site de Culturactif.ch.