0041 22 418 28 00 communication.bge@ville-ge.ch
Sélectionner une page

Depuis le début du mois de mars, toutes les salles de concerts, de théâtre ont fermé leurs portes pour répondre aux mesures de confinement qui nous concernent tous et toutes. Aucune création ces prochaines semaines, tournons-nous donc vers le passé. Le Théâtre de Genève, situé à l’entrée du parc des Bastions a été le témoin de périodes historiques troublées.

Le 13 septembre 1836 au Théâtre des Bastions
BMU AF 1477 dans le CCSA

Puis, dans la première moitié du XIXe siècle, l’esprit conservateur et calviniste n’incite pas une programmation lyrique, peu au goût du public. C’est donc un répertoire de pièces parlées, opéras-comiques et vaudevilles, qui est joué sur la scène genevoise. La Musicale conserve le fonds historique de vaudevilles et mélodrames, pas moins de 700 pièces, et son catalogue est en ligne.

La lecture de l’Echo du Théâtre, paraissant chaque soir de représentation, nous apprend ceci (29 nov. 1836):

Dimanche dernier la foule qui se portait au Théâtre pour voir Madame Pepin-gamin et Mme Pepin-petit Jacques était si extraordinaire que la salle a été bien loin de la pouvoir toute contenir, qu’on s’est contusionné à la porte, qu’on a dû rendre beaucoup d’argent et refuser un nombre de billets. Des menaces ont été entendues à l’occasion de la petitesse démesurée de la salle; et il serait peut-être temps que l’autorité prenne en sérieux la considération la demande d’élargissement que lui adresse soit le public soit la direction.

Le Théâtre de Neuve dont l’inauguration eu lieu en 1783

La foule se presse et Le Gamin de Paris arrive en tête des représentations genevoises de l’époque! Quant au public, il devra attendre 1879 pour voir l’inauguration de la nouvelle salle du Grand Théâtre.

Muriel Hermenjat, bibliothécaire à La Musicale, au micro d’Isabelle Carceles. Les matinales, Espace 2, 11 juin 2009.