0041 22 418 28 00 communication.bge@ville-ge.ch
Sélectionner une page
Voltaire. Manuscrit autographe du “Commentaire sur l’Esprit des lois”. CH IMV MS 001-02

Montesquieu fut compté parmi les hommes les plus illustres du Dix-huitième siècle et cependant il ne fut pas persécuté, il ne fut qu’un peu molesté pour ses «Lettres persanes». C’est ainsi que Voltaire qualifie, dans un fragment autographe conservé aux Délices, l’auteur des Lettres persanes (1721) et De l’esprit des lois (1748), un des premiers philosophes des Lumières.

Les Lettres persanes ont en effet été publiées il y a tout juste 300 ans. La Bibliothèque de Genève conserve par ailleurs un très bel exemplaire de cette première édition.

Ce roman épistolaire rassemblant la correspondance fictive entre les voyageurs Usbek et Rica et des amis restés en Perse, raconte un périple européen qui débute à Ispahan en mars 1711 pour se terminer à Paris en mai 1712. Com, Erzeron, Smyrne, Livourne et Marseille sont quelques-unes des haltes des deux compères.

Publié d’abord sous l’anonymat, Montesquieu fait référence à des lieux véridiques et tient compte de la réalité de l’époque: les moyens de transport et leur durée sont très précis. C’est cet anonymat qui permet au philosophe de se protéger de la censure et de tisser en toute quiétude une critique satirique de la société française de ce début du XVIIIe siècle.

Sous le regard de l’étranger, Montesquieu propose ainsi sa vision de la société idéale aux valeurs morales prépondérantes et soumise à un nouveau mode de fonctionnement politique qui sera développé dans l’Esprit des lois, paru à Genève, chez Barillot, en 1748.

Une véritable pépite à découvrir, ou à redécouvrir, en cette année de son tricentenaire.

Éditions conseillées

  • Montesquieu, Lettres persanes, édition de Jean Starobinski, Paris, Gallimard, Folio, 1973, rééditée en 2003.
  • Montesquieu, Œuvres complètes, tome I : Lettres persanes, texte établi par Edgar Mass avec la collaboration de Cecil Courtney, Philip Stewart, Catherine Volpilhac-Auger, introduction et commentaires sous la direction de Philip Stewart et Catherine Volpilhac-Auger, annotation de Pauline Kra, Didier Masseau, Philip Stewart, Catherine Volpilhac-Auger, Oxford : Voltaire Foundation & Napoli : Istituto italiano pergli studi filosofici, 2004.