0041 22 418 28 00 communication.bge@ville-ge.ch
Sélectionner une page
Sur le chemin de l’apprentissage… Le choix de Monika pour illustrer sa formation

Monika Sirisin suit actuellement un CFC d’agente en information documentaire à la Bibliothèque. Dès l’année prochaine, elle abordera sa dernière année de formation. Nous lui avons posé quelques questions. Au fait, que fait une agente en information documentaire?

Bonjour Monika! Pouvez-vous vous présenter en quelques mots?

Je m’appelle Monika Sirisin, j’ai 21 ans et je suis apprentie en information documentaire, en 2e année d’apprentissage à la Bibliothèque de Genève. J’ai réussi mes trois années d’école de culture générale Henry-Dunant, en option communication. J’aime la lecture et les jeux vidéo, ainsi que les promenades en forêt.

Présentez-nous votre filière CFC et ses missions. Que fait un-e agent-e en information documentaire?

Un-e agent-e en information documentaire s’occupe du service au public, c’est-à-dire, du prêt, de l’aide à la recherche, et du traitement des documents afin que ces derniers puissent arriver en mains du lecteur ou de la lectrice. Pour le traitement des documents, il faut d’abord faire l’acquisition de nouveaux documents afin d’agrandir les collections et ainsi pouvoir proposer des sujets différents aux publics. Une fois le livre reçu, après en avoir fait la commande, on s’occupe de le réceptionner et de le facturer. Ensuite, on catalogue le livre pour qu’il puisse être accessible et empruntable dans le catalogue en ligne, en faisant une notice bibliographie ou, autrement dit, une notice qui permette d’identifier le livre dans une base de données, grâce à son titre, auteur ou autrice, lieu d’édition etc… Ce sont ces notices qui alimentent un catalogue. Pour être honnête, c’est la partie que je préfère!

C’est à ce moment que vient l’attribution de sa cote (par exemple BGE Taf 4048) qui permettra de le retrouver dans la collection et dans les magasins. La cote est en quelque sorte la localisation du livre. Une fois le livre catalogué, il est passé à l’équipement pour lui apposer sa cote et le timbrer pour qu’il puisse être empruntable.

– Qu’est-ce qui vous motive le plus dans votre métier?

C’est de pouvoir traiter des documents genevois qui regroupent le Dépôt légal genevois et les Genevensia. Le Dépôt légal est constitué de tous les documents édités à Genève. Ce sont notamment des livres, les affiches et les journaux qui sont exclus du prêt car nous les acquérons dans un but de conservation et de préservation du patrimoine genevois. De plus amples explications peuvent être trouvées sur le site de la Bibliothèque de Genève ici. Les Genevensia sont tous les documents mentionnant ou ayant pour sujet Genève. J’aime particulièrement cataloguer ce genre d’ouvrages. Le catalogage est ce que je préfère dans ce métier.

– …Et le moins?

La répétition des tâches qui peut être très présente dans ce métier.

– Pourquoi avez-vous choisi la Bibliothèque pour votre formation? Quels sont selon vous les atouts de l’institution?

Les pôles d’excellences en lien avec Genève, ainsi que les différents services en son sein m’ont particulièrement donné envie de travailler pour cette institution. La beauté de l’architecture intérieure et extérieure du bâtiment des Bastions où je travaille est aussi une des raisons.

Je pense que les atouts de la Bibliothèque résident dans ses pôles d’excellence réunissant les Genevensia, le siècle des Lumières – avec des écrivains comme Rousseau ou Voltaire – et la Réforme. La richesse de ses collections, plus de 2 millions de livres, est aussi un de ses grands atouts.  

– Citez-nous quelque chose qui vous a surprise, étonnée ou impressionnée au début de votre formation.

Les magasins! On ne dirait pas comme ça, mais disséminés un peu partout dans la Bibliothèque se trouvent des lieux de stockage fermés au public pour conserver les livres, que l’on appelle les magasins. Le nom m’avait aussi beaucoup surprise au début car je ne savais pas ce qu’un magasin pouvait faire dans une bibliothèque… mais maintenant je sais !

– Où vous voyez-vous dans 5 ans?… Et dans 10 ans??

Honnêtement, je ne sais pas. Je ne suis pas quelqu’un qui vit dans le futur mais plutôt dans le présent. La vie est pleine de surprises et il m’est personnellement impossible de prévoir l’évolution ou non de mes passions.

– Un conseil pour celles et ceux qui songeraient à suivre la même formation que vous?

Je leur conseillerais de bien choisir le type de bibliothèque dans laquelle ils ou elles veulent effectuer leur apprentissage pour être sûr-e-s d’être dans le secteur qui leur correspond.

Pin It on Pinterest