0041 22 418 28 00 communication.bge@ville-ge.ch
Sélectionner une page

Attachée à sa mission de service public, l’équipe de la Bibliothèque a redoublé d’efforts ces dernières semaines pour dénicher les plus belles perles de ses collections, valoriser les ressources numériques accessibles à distance et informer sur le plan mis en place pendant le confinement pour assurer la continuité des missions institutionnelles.

Pour compléter cette panoplie, nous mettons aujourd’hui en ligne l’intégralité de l’accrochage Genève dans l’objectif de Valentine Mallet, exposé dans le Couloir des coups d’œil depuis février dernier. Les photographies de Valentine Mallet ont connu un fort succès aux Bastions, attirant un public nombreux avant que la pandémie ne lui coupe l’herbe sous le pied. Grâce à cet accrochage virtuel, ces images inédites retrouvent la visibilité qu’elles méritent. N’hésitez donc pas à faire partager ce lien à vos proches!

Plongez sans attendre dans la Genève de la « Belle Epoque! » (Cliquez sur la première image pour lancer le diaporama avec les légendes).

Organisation: Bibliothèque de Genève, en partenariat avec l’association Lancy d’Autrefois
Commissaires: Sarah Merlini et Nicolas Schaetti

Introduction

Il faut le souligner sans rougir : en Suisse, les femmes actives dans la photographie au début du XXe siècle restent hors du champ cadré par les hommes. Pourtant, à la Belle Époque, les femmes photographes de talent ne manquent pas à Genève.

Lire la suite

Depuis son apparition en 1839, le médium s’est considérablement développé dans la ville et ses environs. De nouveaux appareils et une simplification des procédés de mise en œuvre ont facilité l’accès à sa pratique. Professionnels et amateurs sont réunis au sein de la Société genevoise de photographie qui veut promouvoir la diffusion de la technique. Fondée en 1881, cette société finit par ouvrir ses portes aux femmes, en 1890, grâce à la détermination de certaines d’entre elles. On comptait 13 femmes membres pour 112 sociétaires en 1892. Peu connue, peu valorisée, l’histoire de ces femmes photographes reste à écrire. C’est donc une étude importante que celle menée par Sarah Merlini, historienne de l’art, sur une femme photographe amateure, originaire de Lancy et active à Genève au tournant des XIXe et XXe siècles: Valentine Mallet.

Dans le même ordre d’idées, les affiches de la Société suisse des femmes peintres, sculpteurs et décorateurs, montrées dans l’accrochage de la Bibliothèque de Genève, sont là pour rappeler que la reconnaissance du talent des femmes dans les beaux-arts comme dans les arts appliqués a été particulièrement tardive en Suisse. Leur intégration dans la Société des peintres et sculpteurs suisses fondée en 1865 (connue aujourd’hui sous le nom de Visarte) intervient même après que le suffrage féminin est introduit au niveau fédéral ! Pas étonnant donc que les photographies de Valentine Mallet soient tombées dans l’oubli ou qu’elles aient été attribuées à… des opérateurs masculins. Par sa recherche, Sarah Merlini a toutefois pu montrer l’originalité de la pratique photographique de Valentine Mallet. Ses images se distinguent de la pratique documentaire de son temps, par son intérêt pour les états «intermédiaires» de la ville, bâtiments en cours de démolition mais pas encore remplacés par de nouvelles constructions. Bel hommage.

La Bibliothèque de Genève se félicite de voir les jeunes universitaires entreprendre des travaux sur ses collections. Les conditions pour une médiation de connaissances heureusement renouvelées et actualisées sont alors remplies. Par cette étude, les prises de vue de Valentine Mallet s’inscrivent désormais dans l’espace large de la recherche sur les pratiques amateures et bien évidemment sur la place des femmes photographes dans la société. L’intérêt de l’étude de Sarah Merlini a été reconnu par l’association Lancy d’Autrefois qui a décidé de la publier aux Éditions des Communes réunies et de la rendre accessible à un large public. Elle a servi de base pour le montage de l’accrochage du Couloir des coups d’œil qui sera repris ensuite par l’association dans son Arcade du Vieux Lancy.

Frédéric Sardet
Directeur de la Bibliothèque de Genève

Présentation

Au tournant des XIXe et XXe siècles, de profondes modifications urbaines et sociétales touchent la ville de Genève. Les priorités architecturales tendent vers la reconstruction et l’élargissement du territoire de la cité.

Lire la suite

En réaction à la transformation du paysage urbain, l’intérêt pour le patrimoine et sa protection se développe. Cet élan général de modernisation apporte aussi des progrès dans les techniques de représentation, notamment du matériel photographique dont l’usage facilité augmente le nombre d’amateurs de manière significative. La photographie devient un moyen de préservation d’une mémoire collective, comme en témoigne Eugène Demole et son projet de Musée suisse de photographies documentaires lancé en 1901. 

C’est dans un tel contexte que Valentine Mallet (1862-1949) produit les photographies présentées dans le Couloir des coups d’œil et ici en ligne. Issue d’une famille prospère, propriétaire d’un domaine au Grand-Lancy, elle y demeure toute sa vie et ne se marie pas. Bien que Valentine Mallet n’ait jamais été considérée comme une photographe professionnelle, sa pratique du médium dépasse le simple loisir privé et lui permet d’acquérir certaines formes de reconnaissance. Elle participe à divers concours proposés par des revues de photographie. L’une de ses images est exposée à Paris tandis qu’une autre est publiée par la Revue suisse de photographie en 1906.

Le fonds de Valentine Mallet conservé au Centre d’iconographie de la Bibliothèque de Genève donne un bon aperçu des qualités et compétences de la photographe, notamment grâce à la variété des objets qu’il contient. Il s’agit de plaques de verre négatives, de tirages montés sur carton, d’agrandissements ainsi que d’albums fabriqués par la photographe. L’accrochage présenté propose un parcours à travers sa production et rend compte de la richesse de son œuvre tant sur le plan formel que thématique.

Valentine Mallet pratique la photographie avec une véritable conscience historique. Elle immortalise les anciennes rues de Genève, tantôt désertes et montrées sans artifices, et tantôt noires de monde, parées pour un événement. Elle s’attache à documenter les monuments de la ville ayant survécu aux mutations urbaines tels que la Maison Tavel ou l’ancien Arsenal. Elle capte par son objectif les anciens moyens de transport, comme les charrettes, peu à peu remplacées par les tramways, ou les anciens métiers, comme les lavandières et porteurs d’eau, qui disparurent à mesure que l’eau courante fut installée dans les habitations. Son regard s’est également arrêté sur des sujets moins attendus tels que les démolitions, les anciens passages ou les arrière-cours vétustes, magnifiant ainsi des scènes singulières. Ses connaissances techniques et sa sensibilité évidente pour le médium ajoutent une indéniable dimension artistique à ses photographies documentaires. La composition, la maîtrise des jeux d’ombre et de lumière, la justesse du cadrage, témoignent de la qualité de ses prises de vue et sont à la mesure de son talent de photographe.

Sarah Merlini
Historienne de l’art

Vous souhaitez une visite personnalisée? Suivez le guide!

Le guide de visite de l’accrochage, c’est par ici. Vous y trouverez notamment une bibliographie sur le sujet.