0041 22 418 28 00 communication.bge@ville-ge.ch
Sélectionner une page

Les secteurs Conservation et Restauration de la Bibliothèque sont toujours à l’affût de nouvelles technologies pouvant améliorer la qualité de leurs travaux sur les collections ou enrichir les connaissances en matière de conservation du patrimoine.

La formation permanente des acteurs de la conservation que sont les techniciens-ne-s en conservation, les conservateurs-restaurateurs et les conservatrices-restauratrices est nécessaire à l’actualisation des connaissances scientifiques, en constante évolution. La veille technologique et les recherches permettent ainsi de déterminer les meilleures techniques d’intervention à employer pour garantir des traitements sans risque sur les objets ainsi que leur durée de vie.

Le secteur Conservation étudie actuellement une nouvelle technologie d’analyse. Détournée de son usage premier en horlogerie, elle a émergé il y a environ 5 ans dans le milieu patrimonial. Elle consiste en un relevé du relief d’une surface par analyse optique et donc sans contact. Cette caractérisation très précise ne dégrade pas les matériaux analysés, peut être directement appliquée sur les documents, et est aussi quantitative. La précision de ces analyses, de l’ordre du micron, engendre des temps de mesure qui peuvent durer jusqu’à 8h pour un seul échantillon.

Cette technologie présente de nombreux avantages que le secteur Conservation scrute à travers l’observation de l’impact du nettoyage à sec du papier, en fonction de la technique employée. Dans la lignée internationale du Smithsonian (Etats-Unis) et du Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France, la  Bibliothèque serait donc la première institution patrimoniale de Suisse à utiliser un tel outil. Un prochain article sur ce blog résumera l’étude et exposera les résultats de ces tests.