0041 22 418 28 00 communication.bge@ville-ge.ch
Sélectionner une page
21 septembre 2004: Hélène Buchet Goy lors du vernissage de l’exposition d’affiches “De mai 68 au G8” à la bibliothèque de la Cité

Hélène Buchet Goy est entrée à la Bibliothèque de Genève – qui s’appelait alors Bibliothèque publique et universitaire, BPU pour les intimes –  le lundi 1er octobre 1990.
Responsable des acquisitions, elle a eu sous sa responsabilité une mission-clé de l’institution: sélectionner et acheter les ouvrages de la 
collection générale.
Après presque 30 ans de service, Hélène prendra sa retraite aujourd’hui. Son énergie communicative va nous manquer… Nous lui souhaitons bon vent!


Je me souviens encore des paroles de Monsieur Philippe Monnier, sous-directeur de la Bibliothèque de Genève à l’époque il y a bientôt 30 ans, lors de mon engagement au Secteur des Acquisitions: «Vous verrez, travailler pour les acquisitions, c’est le travail d’une vie».

Ces mots m’ont fait frémir. Naïvement,  je pensais rester quelques années et ensuite changer d’horizon.

Travailler pour les acquisitions d’une grande bibliothèque c’est non seulement s’intéresser aux nouvelles parutions et à leurs auteurs, suivre l’actualité des éditeurs et de la recherche, mais c’est aussi et surtout connaître le fonds de la Bibliothèque. Acquérir, c’est prendre en compte la profondeur historique des collections existantes, les enrichir de documents qui les compléteront, faire vivre la collection pour les usagers actuels et futurs.

Travailler pour les acquisitions, c’est aussi comme j’aime à le répéter à mes collègues: «Noël tous les jours». En effet qui a la chance dans son activité professionnelle de recevoir des paquets tous les jours? J’aime l’odeur des livres et de l’encre fraîchement imprimée. Je me réjouis de la diversité et du chatoiement des couvertures illustrées, même si parfois je m’énerve quand la référence à une illustration de couverture qui m’interpelle particulièrement, n’est pas indiquée. J’admire la beauté et le soin de certaines éditions, la qualité typographique, la mise en page.

Les bases de données, périodiques et livres électroniques, aussi nécessaires et indispensables soient-ils, n’auront jamais hélas le goût de Noël…

Travailler pour les acquisitions c’est aussi collaborer avec les fournisseurs et les libraires. Je leur adresse  mes remerciements pour toutes ces années de travail partagé et formule mes meilleurs vœux pour la poursuite de leur activité dans cette période si particulière.