0041 22 418 28 00 communication.bge@ville-ge.ch
Sélectionner une page
Mathilde, Werner et Nelly, les trois protagonistes (image tirée de la captation de la pièce)

Il leur proposa Schubert.

Les Lieder. Un par jour. Tous les jours. Il déciderait du choix.

Ce serait à dix-sept heures précises, sans exception. Il fallait organiser un piano dans une salle adjacente avec une bonne température, un bon plancher et un accordeur. Elles pourraient répéter en début d’après-midi. L’ordonnance fournirait l’eau sucrée tiède, les partitions, un lutrin, une lime à ongles et un métronome. Tant que la qualité de l’exécution resterait convenable, elles n’auraient plus l’obligation de tresser à l’usine. Elles seraient mieux nourries et pourraient prendre un bain. Un tous les deux jours, alternativement. Le savon serait fourni. Il y aurait même des fleurs.

En complément de l’exécution musicale, Madame Aubry devra écrire des textes. Des textes qui devraient être inspirés par le Lied du jour avec cette obligation d’être divertissants, captivants et inciter à l’élévation de l’âme.

Chemin Venel, p. 187, Ed. de L’Aire, 2009


Martine Chevalier en écrivant Chemin Venel lève un pan de son histoire personnelle. Fille de la cantatrice genevoise Nelly Aubry, elle va s’inspirer de cette figure maternelle pour écrire son roman. Comme elle le raconte dans le programme de soirée du Grand Théâtre «toute mon enfance a été bercée par les récits mystérieux et fascinants que ma mère égrenait sur son art vocal et les affres émotionnelles qui, forcément, en découlaient […]. A ces moments, elle parlait toute seule, invectivait des partitions qui ne livraient pas assez vite leurs clés, prenait à partie le compositeur, enlevait et remettait ses petites lunettes rondes pour mieux cerner l’acrobatie vocale que demandaient les notes sur la portée» (in: Tant qu’il y aura des âmes, p. 15).

La cantatrice Nelly Aubry s’engage durant la guerre pour soutenir l’armée dans un projet patriotique. Ce sera La cité sur la montagne. Ensuite, la fiction prend le relais sur la réalité. La Nelly du roman et sa pianiste Marcelle Nemsky, sous l’influence de cette dernière, se produisent à l’étranger, en Allemagne, puis à Budapest où elles sont arrêtées pour être conduites dans un camp de travail, à Rechlin. Là, où la musique devient “protectrice” d’un plus mauvais sort encore… 

Si Nelly Aubry s’est produite maintes fois à Genève, notamment lors des concerts d’été organisés au kiosque du Jardin Anglais début des années trente, la Nelly de fiction est montée sur les planches du Grand Théâtre de Genève en 2009. L’adaptation dramatique du regretté François Dupeyron a pour titre Conversations à Rechlin. La bibliothèque dispose d’une présentation de l’œuvre réalisée par l’équipe du Grand Théâtre ainsi que de nombreux recueils des Lieder de Schubert.

cop. Magali Dougados, GTG

Retrouvez les précédents billets de cette rubrique d’été:

Lecture estivale (1)

Lecture estivale (2)

Lecture estivale (3)