0041 22 418 28 00 communication.bge@ville-ge.ch
Sélectionner une page

L’objet aimé : pastorale en un acte, Alfred Jarry

Quand on s’intéresse à Töpffer, on tombe sur Alfred Jarry. Faut-il s’en étonner ? Apparemment pas.

Alfred Jarry s’est inspiré des Amours de M. Vieux-Bois dessinées et publiées par Rodolphe Töpffer à Genève en 1837. Jarry s’amuse des aventures drolatiques de l’amoureux éperdu et s’en inspire pour écrire, en 1903, L’Objet aimé, pastorale en un acte.

Cette pièce en vers mirlitonesques s’ouvre sur l’entrée en scène de l’Objet aimé, la femme qui va bouleverser M. Vieuxbois (scène I) :

L’Objet aimé
Traverse la scène en chantant

Oyez, oui, ouïs
Sous la feuillée
Sous le fouillis
Oyez, oyez

Dans le taillis,
Oyez, oyons
Le gazouillis
De l’oisillon

Cette vision enchanteresse propulse M. Vieuxbois au comble de l’émotion (scène II)

M. Vieuxbois

Elle est charmouille…
Non, je bafouille :
Elle est charmante !…

La pièce paraît pour la première fois dans la revue Poesia, publiée à Milan par Filipo Tommaso Marinetti, le fondateur du Futurisme, (Anno I, n° 11-12, dicembre-gennaio 1908-1909), revue que l’on trouve en ligne, numérisée par la Bibliothèque de Princeton. La revue italienne est alors un porte-parole des avant-gardes.

La Bibliothèque de Genève conserve de son côté un exemplaire de l’édition, dite originale, publiée à Paris en 1953. Le texte est repris dans le volume 2 des Œuvres complètes de Jarry, parues dans la Bibliothèque de la Pléiade. Dans la notice, Henri Bordillon y rappelle que les sept albums dessinés de Töpffer connurent un grand succès en France au 19e siècle, grâce aux éditions Garnier et qu’ils « furent ainsi lus et relus dans les familles bourgeoises françaises ».

La pièce n’est pas une simple adaptation versifiée des Amours de M. Vieux-Bois. Elle en omet plusieurs péripéties et ne retient que trois protagonistes : Vieuxbois, l’Objet aimé et le Rival. Jarry leur adjoint trois autres personnages : le Maire et la « Force armée », les deux militaires ahuris (Blême et Rouget), que l’on trouve dans les Voyages et aventures du Dr Festus.

L’édition de 1953 est enrichie d’illustrations extraites des deux albums. Dans la note liminaire assez importante qu’il donne en tête de cette édition, Roger Shattuck – professeur de littérature à Harvard – montre que l’œuvre de « l’Hogarth genevois » était bien connue de Jarry. Le Docteur Festus de Rodolphe Töpffer aurait ainsi inspiré le Docteur Faustroll d’Alfred Jarry.

Le père de la bande dessinée a donc influencé le père de la pataphysique !

Alfred Jarry est né en 1873 à Laval (Mayenne) où la bibliothèque municipale conserve aujourd’hui le fonds d’archives de l’écrivain. On y trouve notamment le manuscrit autographe de la pièce que la bibliothèque a numérisé et mis en ligne.

Pour aller plus loin :

La Bibliothèque de Genève conserve de nombreuses éditions des histoires en estampes de Rodolphe Töpffer notamment des exemplaires empruntables :

On y trouve aussi nombre d’œuvres d’Alfred Jarry.

Colloque de l’Association des collections suisses des affiches: un bilan haut en couleur

 Succès au rendez-vous pour le colloque annuel de l’Association des Collections suisses des affiches qui regroupe les grandes collections publiques suisses. La manifestation du 21 novembre dernier a attiré un public nombreux. Des intervenant-e-s aussi passionnant-e-s qu’enthousiastes ont investi le site des Bastions durant un après-midi consacré à l’affiche et à la bande dessinée d’ici et d’ailleurs. Créateur et créatrices d’affiches, bédéistes, illustrateurs, illustratrices et spécialistes nous ont présenté un programme attractif!
Une belle occasion de (re)découvrir mais aussi de mettre en perspective l’importante collection d’affiches BD genevoises conservée par la Bibliothèque de Genève.

Genève capitale de l’affiche BD ? Colloque de l’Association des Collections suisses des affiches

Le 21 novembre, la Bibliothèque de Genève, forte d’une collection de 130’000 affiches, convie le public à une rencontre consacrée à la bande dessinée dans l’affiche. Spécialistes et passionnés ont répondu à l’invitation pour partager leurs points de vue, questionnements, anecdotes et coups de cœur.

L’après-midi s’ouvrira par un état des lieux de l’affiche BD à Genève avec le journaliste Ariel Herbez. Exem, affichiste contestataire de gauche et pionnier à Genève dans l’usage de la bande dessinée en politique, proposera une plongée dans l’œuvre d’un aîné d’extrême-droite, Noël Fontanet (1898-1982). Bettina Richter, conservatrice au Museum für Gestaltung Zürich, nous mènera au-delà des frontières helvétiques pour interroger les liens entre affiches internationales et bande dessinée. Retour en Suisse romande avec Pierre Wazem, illustrateur, auteur de bandes dessinées et enseignant, qui abordera l’art de la narration illustrée et les enjeux de son apprentissage. Le colloque se terminera par une intervention à deux voix : entre illustration de livres jeunesse, dessin de presse, bande dessinée et affiche, Adrienne Barman et Mirjana Farkas questionneront la place du dessin dans la communication culturelle.

Bienvenue à tous et à toutes !

Jeudi 21 novembre 2019
14h-17h
Espace Ami Lullin
Entrée libre

Marim’Baka aux Quatre saisons de La Musicale

En marge du 74e Concours de Genève consacré à la percussion et à la composition, La Musicale a le plaisir d’accueillir le duo Dekoboko. Formé de percussionnistes de talent, Shizuka Seki et Benoît Pesenti, il nous présente leur première création. « Dekoboko » est un mot japonais qui signifie «inégal, irrégulier, déformé» en rapport à la différence de taille du musicien et de la musicienne.

Marim’Baka est un concert gesticulé humoristique conçu comme une mosaïque de courtes pièces interprétées au marimba (le suffixe « baka » signifiant insensé, absurde en japonais). L’objectif est la découverte et la mise en valeur de l’instrument, de ses richesses sonores, à travers les multiples possibilités de jeu et l’utilisation de nombreux instruments inattendus. Au final une grande variété de styles musicaux sont abordés. Aux interprétations instrumentales parfois totalement déjantées se mêlent humour, gags et dérision.

Des partitions de marimba sont également disponibles à la bibliothèque.

Pour venir les découvrir en famille, rendez-vous à La Musicale le vendredi 15 novembre prochain.

Le panorama de la «bataille de Morat» présenté à Plainpalais

Le panorama de la « bataille de Morat ».

Les «panoramas» ont fait l’objet d’une exposition il y a quelques années, au Musée Rath. La venue dans notre ville, du 8 au 28 novembre, d’une présentation de la grande toile circulaire de la bataille de Morat est l’occasion de revenir sur l’histoire des panoramas «genevois», thème qui n’avait guère été exploré dans l’exposition. L’œuvre, d’environ 1000 m2, du peintre bavarois Louis Braun consacrée à la victoire des Suisses contre les troupes du duc de Bourgogne à Morat en 1476 est montrée pour la première fois à Zurich, le 27 août 1894. Redécouverte et restaurée, elle est installée dans le monolithe créé par l’architecte Jean Nouvel sur l’Arteplage de Morat lors d’Expo02. Une association cherche aujourd’hui à trouver un site permanent pour la présenter de manière permanente.

En 1899, ce panorama est présenté à Genève dans la rotonde de la Jonction, spécialement construite quelques années auparavant pour accueillir ce type de dispositif. Cette forme de divertissement est alors déjà sur le déclin. Les panoramas ont en effet connu leur plus grand succès à Genève, comme dans de nombreuses villes européennes et américaines, durant le XIXe siècle, en particulier dans ses deux dernières décennies. Après la Première Guerre mondiale, ils seront supplantés par le cinéma.

Annonce de l’ouverture du panorama de la bataille de Morat à la Jonction dans Le Journal de Genève, 1er janvier 1899

Rendez-vous sur la plaine de Plainpalais, à Genève, du 8 au 28 novembre, pour découvrir l’exposition itinérante dédiée au Panorama.

Colloque BD à la Bibliothèque de Genève

Genève capitale de l’affiche BD ? Colloque de l’Association des Collections suisses d’affiches

Le 21 novembre prochain, la Bibliothèque de Genève met à l’honneur sa collection d’affiches BD.

Genève capitale de l’affiche BD ? L’affiche genevoise se démarque de ses consœurs par une spécificité unique en Suisse et même au-delà : des compositions dessinées et réalisées par des illustrateurs et illustratrices de bande dessinée.
Au début des années 1970 contestations sociales et contre-culture secouent la Genève de Calvin et toute une génération de graphistes, dessinateurs, dessinatrices et bédéistes va recouvrir ses murs d’affiches BD : du jamais vu !

Quel regard les créateurs et créatrices contemporain-e-s portent-elles sur la production d’hier ? Quelle place pour la bande dessinée et le dessin dans l’affiche d’aujourd’hui ? Qu’en est-il au-delà des frontières helvétiques ?

Le 21 novembre 2019, la Bibliothèque de Genève organise le colloque annuel des Collections suisses des affiches et revient sur ce phénomène hors norme qui, cinquante ans après ses premières manifestations, conserve encore une grande vivacité et une extraordinaire modernité. Ouverte à tous et toutes, cette rencontre permet d’appréhender d’une autre façon notre passé et notre quotidien à travers le monde fascinant des affiches.

L’Association des collections suisses des affiches
Constituée en 1997, l’Association des collections suisses des affiches, dont la Bibliothèque de Genève est membre fondateur, a pour objectif de collecter et de rendre accessibles au public les collections d’affiches en Suisse. Chaque année, un colloque réunit conservateurs, conservatrices, responsables de collections, chercheurs, chercheuses, créateurs, créatrices et naturellement tous les passionné-e-s d’affiches !

Jeudi 21 novembre 2019, 14h-17h
Bibliothèque de Genève, Promenade des Bastions 1, 1205 Genève
Espace Ami Lullin
Entrée libre