0041 22 418 28 00 communication.bge@ville-ge.ch
Sélectionner une page

Tacite, Narratologie, Émotions

Le service du prêt a été, quelque temps, délocalisé aux Bastions pour les lecteurs et lectrices de La Musicale… Et le prêt réalisé en partie par les bibliothécaires du Grütli également!

Faire du prêt aux Bastions, une grande première pour moi, bibliothécaire à La Musicale. C’est donc avec mes souvenirs d’étudiante dans l’aile Jura que j’ai traversé le parc. Quand il fallait venir à la BPU (Bibliothèque publique et universitaire, ancien nom de la Bibliothèque de Genève), c’était toujours avec une petite appréhension. En traversant d’une aile à l’autre, on relisait son bulletin de prêt deux fois plutôt qu’une de peur de se faire sermonner s’il manquait une information arrivé au guichet. Bref, ces temps sont révolus, le catalogue Explore permet de faire des recherches minutieuses et le personnel a changé!

Pendant la première phase de réouverture, le prêt a lieu au rez-de-chaussée et non pas à l’étage dans le respect des normes sanitaires en place. Mes souvenirs s’arrêtent donc là. Enfin je le croyais.

Sur le desk, les livres commandés la veille attendent d’être empruntés. En regardant de plus près les piles préparées par la collègue avant mon arrivée, un titre attire mon attention… L’œuvre du temps : Poétique de la discordance narrative de Raphaël Baroni. Et voilà que la narratologie ravive mes souvenirs. Dans les années quatre-vingt, l’analyse du roman passait par la distinction entre récit, histoire et narration avec la « figure » de Gérald Genette. À l’époque, cela m’avait presque éloignée pour un temps de la lecture. Tout à côté de ce petit volume que j’emprunterai bien à mon tour, cinq ou six classiques des éditions Belles-Lettres attendent son étudiant-e. Tacite domine la pile.

Plus loin encore, un des trois volumes consacrés à l’Histoire des émotions qui commence par cette phrase:

Si vous pensez que tout a déjà été dit et fait, alors comment se fait-il que rien n’ait été réglé et résolu? Je vous le demande. (Journal, Kurt Cobain, trad. par Laurence Romance, Paris, oh éditions, p. 211)

Je vous laisse à cette interrogation. Les deux heures aux Bastions m’ont permis de renouer avec le public. Celui de la Faculté des Lettres, mais pas seulement. Tous et toutes content-e-s d’obtenir les ouvrages pour leurs recherches en cours. Je repars ravie de mes découvertes parmi la richesse des collections et reste impatiente d’accueillir à nouveau le public de La Musicale, dès mardi 9 juin.

Reportages photos #COVID / 2 : la vie transformée

 

Genève, portrait, 19 mars 2020. Photo: Bibliothèque de Genève/Stephane Pecorini

Stéphane Pecorini, photographe à la Bibliothèque de Genève, a arpenté le territoire cantonal dès la première semaine de confinement, enquêtant sur les transformations énormes qui sont entrées dans nos vies en un temps record, la vie quotidienne au temps du COVID. Badauds, astreints à la protection civile, personnel médical, employé-e-s des commerces: il part à la rencontre des gens qui seront d’accord d’apparaître dans les images qui symboliseront désormais la façon dont le canton a vécu cette période.

Jeudi 19 mars, c’est une ville presque vide qui se présente à son objectif. Quelques passant-e-s masqué-e-s se prêtent gentiment au jeu du portrait – qu’ils et elles en soient remercié-e-s ici! – et nous présentent la nouvelle mode printemps 2020. Les amies qui se rencontrent et s’entraident par-dessus la frontière barricadée comme aux temps –bien plus funestes – de la Deuxième Guerre mondiale,  le stand du marché sécurisé en mode pandémie ou les surfaces vertigineusement vides de l’aéroport: autant d’images qui nous interpellent sur l’ampleur des changements intervenus en si peu de temps.

 

Retrouvez le premier reportage photos sur le COVID ici.

Reportages photos #COVID / 1 : à la recherche des passant-e-s disparu-e-s

Genève, près de la Gare des Eaux-Vives, 20 mars 2020. Photo: Bibliothèque de Genève/Matthias Thoman

La Bibliothèque de Genève en confinement n’a pas seulement préparé sa réouverture dans un cadre transformé par la pandémie. Elle a également lancé des reporters photographes dans les rues et les routes du canton pour constituer une mémoire visuelle des moments exceptionnels que nous traversions tous et toutes. Ces reportages vont rejoindre les collections du Centre d’iconographie, où ils seront accessibles et consultables par le public. 

Matthias Thomann, responsable de l’atelier de numérisation de la Bibliothèque, est parti à la recherche des lieux les plus fréquentés. Les abords des gares du Léman Express, la voie verte, les frontières. Sans la date de prise de vue inscrites dans les métadonnées de l’image, on pourrait le soupçonner d’avoir fait fuir tout passant, pour obtenir une prise de vue à même de figurer dans une revue d’architecture ou d’urbanisme. Mais bien entendu, le COVID est passé par là, Alain Berset nous a enjoints de prendre nos responsabilités et nous sommes tous rentré-e-s chez nous. 

Genève, place devant la gare de Champel, 1er avril 2020. Photo: Bibliothèque de Genève/Matthias Thoman

 Chêne-Bourg, devant la gare, 24 mars 2020. Photo: Bibliothèque de Genève/Matthias Thoman

Chêne-Bougeries/Chêne-Bourg, pont sur la Seymaz, 25 mars 2020

 Chêne-Bougeries, voie verte, 25 mars 2020

Chêne-Bourg/Thônex, voie verte et tour Opale, 8 avril 2020

Chêne-Bougeries, voie verte, 8 avril 2020

Lancy, près de la gare de Lancy-Bachet, 25 mars 2020. Photo: Bibliothèque de Genève/Matthias Thoman

Lancy, passage sous-route prêt de la gare de Lancy-Bachet, 25 mars 2020. Photo: Bibliothèque de Genève/Matthias Thoman

Dardagny, chemin des Charmilles, 8 avril 2020. Photo: Bibliothèque de Genève/Matthias Thoman

Anières, chemin du Pont-des-Golettes, 16 avril 2020. Photo: Bibliothèque de Genève/Matthias Thoman

Obtenir des partitions, c’est à nouveau possible!

Le lieu au Grütli que vous connaissez vivant, animé, coloré reste pour le moment silencieux, le bâtiment de la Maison des arts du Grütli étant fermé au public jusqu’à nouvel avis. Cependant, l’équipe de la bibliothèque travaille pour le prêt délocalisé entre sites, inédit pour une situation exceptionnelle!

La première demande prête à rejoindre les Bastions

Faites votre demande par courrier électronique à l’adresse: bmus@ville-ge.ch ou commandez vos ouvrages directement sur le catalogue RERO Explore Genève selon la procédure. Le billet de blog du 11 mai vous l’explique également avec photos à l’appui. Chaque matin, une navette achemine les documents entre La Musicale et les Bastions pour être réceptionnés par son lecteur ou lectrice à l’heure prévue. Et, la première demande de prêt pour La Musicale dans cette étape no 1 de réouverture est un recueil de chansons de troubadours. La musique médiévale donne donc le ton de la reprise!

La liste de nouvelles acquisitions établie ici à l’heure où le confinement prenait ses marques en mars dernier va vous donner des envies, écrivez-nous pour vous les faire parvenir!

Travailler au service des acquisitions

21 septembre 2004: Hélène Buchet Goy lors du vernissage de l’exposition d’affiches « De mai 68 au G8 » à la bibliothèque de la Cité

Hélène Buchet Goy est entrée à la Bibliothèque de Genève – qui s’appelait alors Bibliothèque publique et universitaire, BPU pour les intimes –  le lundi 1er octobre 1990.
Responsable des acquisitions, elle a eu sous sa responsabilité une mission-clé de l’institution: sélectionner et acheter les ouvrages de la 
collection générale.
Après presque 30 ans de service, Hélène prendra sa retraite aujourd’hui. Son énergie communicative va nous manquer… Nous lui souhaitons bon vent!


Je me souviens encore des paroles de Monsieur Philippe Monnier, sous-directeur de la Bibliothèque de Genève à l’époque il y a bientôt 30 ans, lors de mon engagement au Secteur des Acquisitions: «Vous verrez, travailler pour les acquisitions, c’est le travail d’une vie».

Ces mots m’ont fait frémir. Naïvement,  je pensais rester quelques années et ensuite changer d’horizon.

Travailler pour les acquisitions d’une grande bibliothèque c’est non seulement s’intéresser aux nouvelles parutions et à leurs auteurs, suivre l’actualité des éditeurs et de la recherche, mais c’est aussi et surtout connaître le fonds de la Bibliothèque. Acquérir, c’est prendre en compte la profondeur historique des collections existantes, les enrichir de documents qui les compléteront, faire vivre la collection pour les usagers actuels et futurs.

Travailler pour les acquisitions, c’est aussi comme j’aime à le répéter à mes collègues: «Noël tous les jours». En effet qui a la chance dans son activité professionnelle de recevoir des paquets tous les jours? J’aime l’odeur des livres et de l’encre fraîchement imprimée. Je me réjouis de la diversité et du chatoiement des couvertures illustrées, même si parfois je m’énerve quand la référence à une illustration de couverture qui m’interpelle particulièrement, n’est pas indiquée. J’admire la beauté et le soin de certaines éditions, la qualité typographique, la mise en page.

Les bases de données, périodiques et livres électroniques, aussi nécessaires et indispensables soient-ils, n’auront jamais hélas le goût de Noël…

Travailler pour les acquisitions c’est aussi collaborer avec les fournisseurs et les libraires. Je leur adresse  mes remerciements pour toutes ces années de travail partagé et formule mes meilleurs vœux pour la poursuite de leur activité dans cette période si particulière.

#BonRetourChezNous

Bonne nouvelle: après 58 jours de confinement, c’est la rentrée à la Bibliothèque de Genève! Les emprunts et retours de documents sont à nouveau possibles aux Bastions dès ce lundi 11 mai. Les salles d’étude restent fermées pour le moment.


Afin de faire face à la situation sanitaire, un plan de reprise assurant la protection des publics et du personnel a été mis en place la semaine dernière. Les équipes logistiques n’ont pas chômé pour permettre cette réouverture!


Les mesures de distanciation sont garanties et permettent une distribution des ouvrages… presque comme d’habitude.


Comment faire pour emprunter des documents?


Premièrement, commandez vos livres sur Explore… comme d’habitude.


Deuxièmement, réservez un créneau horaire pour retirer vos livres sur www.bge.agenda.ch


Troisième et dernière étape: récupérez vos réservations au bureau de prêt temporaire, installé aux Bastions. Il vous suffira de vous référer à la signalétique. Retrouvez toutes les informations pratiques sur cette page. Pour rester informé-e-s, n’hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter.


Nous nous réjouissons de vous retrouver!